AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 be carefull. w/ sumalee.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: be carefull. w/ sumalee. Mer 4 Nov - 14:15

let's play.
sumalee ✧ junho.
tenue


« Freeze you out. »

Une journée similaire aux précédentes qui semblaient débuter sur les chapeaux de roue. Tandis que j'enfilais ces vêtements quelconques d'une couleur commune et peu flamboyante, un simple message écrit parvint à attirer mon attention. Moi qui n'avais pourtant l'habitude d'offrir qu'une infime attention à cela afin de suivre à la perfection ce rituel matinal, j'osais m’écarter légèrement de celui-ci. Choix judicieux, en soit. Puisque le contenu de ce simple et unique message parvint à me décrocher un sourire. Large, qui plus est. Relisant celui-ci à de multiples reprises, voilà que je ne semblais pas divaguer. La matinée à présent libre, j'allais pouvoir vaquer à de multiples occupations dont je n'avais que très peu le temps et l'habitude de réaliser. Similaire à ce simple sentiment ressentis lorsque vous étiez enfant tandis que les vacances venaient faire apparition au sein de votre quotidien. Cette matinée de libre, c'était... Mes vacances à moi, en quelques sortes. Je pris donc soin de clore cette étape de « préparation de ma personne » afin de paraître le plus irréprochable qu'il soit aux yeux de mes géniteurs si je venais à croiser ceux-ci avant que je ne parvienne à quitter la demeure familiale. Une dose de nicotine plantée au creux de mes lippes. Abandonnant le chauffeur attitré, j'allais parvenir à me débrouiller seul. Enfin, me direz-vous. Mais c'était ainsi. Les familles hautement estimées – et richissime – possédaient tous ces hommes qui daignent vous suivre et vous mener, qu'importe l'endroit où vous souhaitez le rendre. Oui, celui qui n'ose aucunement décrocher un sourire, une parole, mise à part le multiples formes de politesse qu'il s'est vu apprendre par cœur afin d'obtenir ce travail peu agréable. Mais... Qu'importe. Aujourd'hui allait être une journée sans. Une journée reposante. Je suppose.

C'est donc, l'une de mes mains glissées sur le volant accompagné d'une douce mélodie que j'osais débuter cette fameuse journée. Qu'allais-je bien pouvoir faire ? Me pavaner au sein des rues de la capitale ? Profiter d'une certaine tranquillité avant que je ne puisse de nouveau pénétrer au sein de l'antre infernale ? Hésitant. J'optais malgré tout pour la deuxième option. La première semblant d'avantage être détestable. En tout point. Et cela, surtout seul en compagnie de ma propre personne. Ridicule, n'est-ce pas ? Je ricanais moi-même face à la simple idée de me retrouver au sein de cette situation, ne manquant pas d'ajouter à cela les multiples détails que je haïssais, sans conteste. Un enfant. Oui, un enfant résidait au sein de ce corps d'adulte bien trop imbu de sa personne pour l'avouer à l'intention d'autrui. Se contentant de rester confiné au sein d'une part de son esprit avant qu'il ne se retrouve face à lui-même et ainsi, laisser libre court à cette douce folie qu'il affectionnais tant depuis son adolescence. Folie qui dû, bien vite, s'évincer de son quotidien afin de faire bonne figure.
Quelles idiotes que voilà.

Et enfin. Ma route pris fin. Emporté au sein d'une frénésie gustative. Mon estomac venait tout juste de pestiférer à mon égard contre le mal nutrition que j'osais affliger à son égard. M'obligeant, ainsi, à me stopper auprès d'un café afin de sustenter à cette faim quelconque, mais aussi, de contrer cette légère brise qui emportait définitivement la période estivale afin de laisser place au côté hivernal des saisons. Mais... C'était sans compter sur la simple idée qu'une vague de chaleur parvienne à rejoindre ma personne à peine avais-je osé franchir les portes de ces lieux tant appréciés et fréquentés. Moi qui en avais tant entendu parler et cru voir de nombreuses notations positives à l'égard de celui-ci, il semblait peu à peu baisser dans mon estime tandis que je pestiférais de nombreux propos acerbes à l'égard de cette ignare maladroite. « Vous ne pouvez pas regarder où vous pouvez poser les pieds ? Bon sang. »


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: be carefull. w/ sumalee. Jeu 5 Nov - 22:55



❝ le destin mêle les cartes
et nous jouons. ❞
junho&sumalee.
tenue + Le réveil sonna si tôt. Avec le boulot d’hier soir et les devoirs à travailler pour l’université, la nuit fut courte. Même si ma carcasse encore engourdie par le sommeil s’extirpait de ma douce couette, je savais que jamais ne déchargerait mon emploi du temps. Les pieds trainants, les cheveux en fouillis, la mine désastreuse, je laissai l’eau coulée pour amener la chaleur dans cet espace encore frigorifié. L’atmosphère à bonne température, je me glissai dans la douche pour m’éveiller. Cette journée allait être parfaite. Soit en sûre afin de t’éveiller au mieux, je me persuadai. L’épisode salle de bain terminait. C’était à celui de la cuisine d’entrer en scène. Cependant, cela me désillusionna. Le frigidaire habitait un tel vide. Seule, une bouteille de multi-fruit dont la date était passée.. Devrai-je mettre un pied dehors ? Annoncé comme telle, la suite ne prédisait rien de bien encourageant.  Le ventre vide, j’attrapai mon sac de cours et mon manteau.

Un énième signe, mon cours de la matinée fut annulé. Aucune explication, aucune excuse. Une envie d’hurler s’offrit à moi mais, mes lèvres se resserrèrent et je bougonnai face au tableau. Retourner me coucher et hiberner, aller à la bibliothèque et réviser, ou que sais-je encore, j’eus du mal à me décider afin de m’occuper. Un blanc soudain dans mon emploi du temps apparaissait et je me retrouvai perdue.  Certains groupes d’étudiants s’évaporaient à droit et à gauche, d’autres restaient en attente d’un miracle. Au même instant que ce mouvement de foule, mon ventre cria famine. Finalement, il semblerait que je trouvai la solution afin d’occuper l’heure à venir. Ni une, ni deux, je quittai l’amphithéâtre en direction d’un endroit où manger.

*****

C’est ainsi que je me retrouve dans ce café. Accueillant et croulant sous les bonnes appréciations, je suis bien décidée d’en juger par moi-même. Un beignet à la fraise et une chocolat chaud commandée, je salive déjà, avant même que les éléments ne se trouvent face à moi. Au même instant, mon téléphone sonne. Ma mère. Je m’empresse de décrocher et comme toujours, le même discours s’installe. Oui, je vais bien. Oui, je mange bien. Oui, j’ai une vie sociable stable et personne ne me fait des misères. En parallèle, je règle ma commande. Après quelques secondes à tergiverser du comment prendre tous ceci avec mon téléphone encore à l’oreille, j’ose saisir tout d’une seule main. Puis, je continue ma discussion ; « Maman, rien n’a changé depuis hier.. Tout va bien. » Dorénavant ils s’inquiètent. Alarmés à la moindre petite contrariété lue sur mon visage, je ne sais comment les rassurer. Même mes paroles ne suffisent.. « Bon, je te laisse. Je rentre en cours. Bisou ! » Mentir n’est pas bien. Cependant, l’appel du ventre est si grand que j’ai hâte de le contenter. Seulement, les aléas de la vie le désire autrement et alors que je raccroche, je me ne fis pas attention où je marche et je me cogne à un inconnu.

Une partie de mon chocolat se renverse sur son haut. Je tente de rattraper le coup en ne m’étalant pas totalement sur cette personne et je m’empresse de répondre ; « Oh excusez-moi, je n’ai pas fait attention.. Oh quelle maladroite, vos vêtements.. Je connais un bon teinturier, si vous souhaitez, je vous passe ma carte et je vous paierai le désastre.. » Mes yeux ne quittent pas les habits souillés. Dans ma perte totale de calme, j‘en oublie d‘avoir un comportement correct. Mon bégaiement écorche quelques mots par-ci, par-là. J’ose utiliser les serviettes du café en espérant éponger.. Seulement, je m’arrête en cours et recule. Mon attention s’élève sur le visage de l’inconnu et je ne cache pas mon étonnement. « Oh.. Vous. » Je ravale ma salive difficilement. Il ne manque plus que cet événement pour parfaire le tableau.  Face à monsieur Kwang, l’étudiant maladroite que je suis, se doit de souligner ; « Je n’ai pas fait exprès.. Monsieur. » Ma tête se baisse faisant face au désastre. C’est vrai, je n’ai rien prémédité sur ce coup-là. C’est juste un mauvais karma.. « je vous invite ? » proposé-je, avec un sourire crispé. Non. En faite, ne souris pas, il ne risque pas d'aimer. Mes lèvres se pincent et mon visage affiche une mine désolée.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
 

be carefull. w/ sumalee.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four In Séoul :: Café noir ou au lait ? :: Once upon a time :: Déchetterie de la ville-